Le Rituel de la Franc-Maçonnerie et sa Signification

On ne peut échapper au processus cérémoniel. Il est inconsciemment reconnu et aveuglément suivi, parce qu’il constitue la grande discipline de la respiration rythmique de la vie elle-même. Personne sur cette terre ne peut échapper au rituel ou au cérémoniel : le lever et le coucher du soleil imposent déjà un tel rituel. Le cycle des années qui passent, le va-et-vient régulier des transactions quotidiennes, imposent un rythme à l’humanité, que cela soit ou non reconnu. La Déité elle-même travaille au moyen du rituel, et elle est soumise aux cérémoniels de l’univers. Les sept rayons viennent en activité et disparaissent selon le rythme et les impulsions rituelles de la Vie divine. Ainsi le Temple du Seigneur est-il également édifié par le cérémoniel des Constructeurs.

Il est intéressant de noter comment certaines personnes sensitives répondent aux décrets des étoiles ; parce que d’un côté, du fait de ces énergies entrantes, on remarque un intérêt croissant pour le rituel cérémoniel de la part de ceux qui, peut-être, répondent aux énergies des rayons de l’Ère Nouvelle qui arrive, et de l’autre, le cérémoniel provoque beaucoup de révolte chez de nombreuses personnes bien-pensantes, et même parmi celles qui se trouvent sur le sentier. Elles se vantent d’avoir atteint une soi-disante « libération » vis-à-vis de celui-ci, oubliant par là que c’est uniquement le sens de l’individualité qui est à l’origine d’une telle attitude, et qu’aucun travail de groupe ne sera jamais possible sans une forme ou une autre de rituel. Par conséquent le refus de participer à l’uniformité d’action n’est pas le signe d’une âme libérée.

Là où le rituel existe, mais que son sens inhérent reste caché et non réalisé, on ne peut trouver qu’un esprit de mort, d’inutilité, et un manque d’intérêt pour les formes et les cérémonies. Mais lorsqu’il est démontré que le rituel et les cérémonies organisées sont les gardiennes de forces et d’énergies, alors l’idée devient constructive dans son opérativité, la coopération avec le Plan devient possible, et le but de l’ensemble du service divin commence à apparaître. Tout véritable service est gouverné par le rituel, parce que ce dernier est essentiellement motivé par une conscience de groupe.

Le rythme est réellement ce qui caractérise le rituel. Le rituel est l’antique moyen codifié par lequel les natures attractive et expressive des énergies employées pour le service sont reliées entre elles et organisées.

Il est bien entendu que l’énergie de septième rayon qui se manifeste dans le rituel ne doit pas être réduite à sa présente utilisation dans le rituel Maçonnique ou religieux. Son application est bien plus vaste que cela, et inclut l’ensemble des méthodes d’organisation appliquées dans toutes les communautés civilisées, telles que le monde du commerce, de la finance, les formes d’organisations liées aux affaires, à l’exécutif, ainsi qu’au gouvernement, au moyen des règles et de l’ordre. Mais notre présente discussion traite du rituel cérémoniel en tant qu’aspect intrinsèque de la Maçonnerie.

Le Rituel Cérémoniel Maçonnique

Il a été dit, à propos des rituels cérémoniels ayant un objectif spirituel, que le seul qui puisse être encore considéré comme valable pour l’ensemble de la famille humaine—et particulièrement pour les personnes avancées—est le rituel Maçonnique. Ceci parce qu’il est une représentation imagée du processus de la Création, de la relation entre la Déité et l’homme, du Sentier de Retour, ainsi que de ces grandes Initiations au moyen desquelles l’initié libéré passe dans la Chambre du Conseil du Plus Haut. Le travail des Artisans symbolise l’organisation rituelle de l’univers. Néanmoins, la véritable Maçonnerie ésotérique ne se développera que lentement. Mais sous l’influence magnétique de la force de septième Rayon, la croissance du travail magique et spirituel de la Maçonnerie est certaine et inévitable.

La Loi de Rythme est l’influence qui devrait pénétrer l’ensemble du travail des Artisans sur le sol du Temple. Elle devrait être le facteur motivant la conduite et l’exécution de tout rituel cérémoniel. Parce que cette influence gouverne la nature créatrice du travail Maçonnique.

À travers leurs rituels et cérémonies les Loges sont des écoles de formation au travail créateur de groupe. La visualisation est un agent puissant dans l’évocation de l’imagination créatrice. Le rituel et la Maçonnerie, étant également régis par le premier et le quatrième rayons, aident au processus de visualisation en offrant couleur et expression tangible à l’activité subjective intérieure. Ainsi la Maçonnerie est-elle véritablement, et au sens le plus élevé, un travail magique, encore faut-il comprendre celui-ci comme le pouvoir créateur de l’âme travaillant dans la substance de la lumière. A l’arrière-plan de ce travail magique, réalisé au moyen des rituels, se trouve l’influence d’un rythme donné : la loi ou énergie qui gouverne l’uniformité dans le travail créateur, qui abolit le désordre, et produit la plus grande efficacité spirituelle et matérielle. Elle établit une uniformité de vibration dans le groupe de constructeurs réunis pour ce travail, ainsi qu’une vibration réceptive uniforme entre les groupes de constructeurs sur les plans extérieurs—à travers lesquels l’énergie des groupes intérieurs de constructeurs peut s’écouler.

Mais l’aspect créateur du travail Maçonnique, à travers le rituel, ne peut émerger que lorsque les membres conjoints de la Loge arrivent à établir et à entretenir dans leur tâche une attitude mentale unifiée, maintenue à un certain point méditatif de tension spirituelle.

Lorsque la nature du rituel rythmique est établie, et que les membres de la Loge s’entraînent ensemble à produire l’unité de pensée, d’action, d’idéaux et d’objectifs, alors celle-ci peut commencer à travailler en tant que groupe pour l’ensemble de l’humanité. La Loge devient un point focal pour la lumière spirituelle, et ses membres forment un corps de praticiens conscients des Mystères, agissant en tant qu’agents de distribution pour la connaissance et le pouvoir d’éveil actif de l’esprit immortel.

Les rituels Maçonniques servent également un objectif double :

  1. Ils sont le facteur unifiant pour les activités et les pensées des membres de la Loge qui y participent. Ils regroupent le mental de ces derniers en un dessein et une orientation unis, et dans le but d’atteindre certains objectifs spécifiques de groupe relatifs au service à rendre.
  2. Ils servent également de grand agent ou formule par laquelle la nature intérieure et spirituelle des candidats peut être élevée et stimulée, dans une mesure telle que ces derniers pourront recevoir l’aide nécessaire pour passer leur prochain degré. Ils acquerront ainsi l’impulsion supplémentaire et la dynamique qui les conduiront à être testés, en passant d’un point à un l’autre, d’un lieu à l’autre, de piédestal en piédestal, afin d’entrer plus profondément dans le Temple de Lumière selon une progression définie et ordonnée.

Mais à l’arrière-plan de tout effort réalisé afin d’agir de concert avec cette loi de rythme, au moyen du rituel rythmique, doivent se trouver la loi, l’influence et le dessein moteur de l’amour, gouvernant le rituel dans tous ses aspects.

L’activité rythmique basée sur l’amour, le travail créateur fondé sur un dessein aimant, la stimulation de nos frères où qu’ils se trouvent pour rechercher « le lieu où réside la lumière », et la parfaite réalisation de cette vie éternelle—qui sera toujours révélée au véritable chercheur parce que telle est l’intention aimante du Plus Haut—sont les pouvoirs motivants auxquels nous aspirons dans notre travail rituel de Maçonnerie.

Par cette fusion et cette élévation créatrices, les Loges sur terre peuvent être élevées dans les Cieux, et la Loge d’en Haut se manifester sur la terre.

Que ce qui est en bas soit comme ce qui est en haut!