La Franc-Maçonnerie Opérative, Spéculative, et Spirituelle

Question: il a été dit  “de même que la Franc-Maçonnerie Spéculative vint de la Franc-Maçonnerie Opérative, la Franc-Maçonnerie Spirituelle sera issue de la Franc-Maçonnerie Spéculative. » Que pensez-vous de cette suggestion concernant une telle tendance évolutive ?

Le traitement en profondeur de cette question dépend de la compréhension que le Franc-Maçon peut  avoir de différents facteurs liés les uns aux autres, tels que la nature des Constructeurs (qui sont-ils en fait ?), ce qui est construit, la Franc-Maçonnerie spéculative, la Franc-Maçonnerie opérative, la Maçonnerie spirituelle, etc.

Dans AUM notre point de vue est l’inverse de celui de la pensée Maçonnique conventionnelle, quant à ce qui provient de quoi. La réponse à cette question doit nécessairement, et encore une fois, tenir compte des Anciens Landmarks

[Anciens Repères – NdT]. Si l’on considère ces derniers comme une expression symbolique incorporant les vérités fondamentales de la Franc-Maçonnerie, la signification ésotérique la plus proche de leur idée d’origine est la précipitation sur terre de certains plans cosmiques archétypiques et universels, préservés pour nous dans le « livre d’image des Cieux » qui contient le modèle des choses. On peut par conséquent définir les Anciens Landmarks comme une réflexion, une extériorisation et une forme symbolique de ces principes, objectifs, techniques, méthodes et règles gouvernant la Loge céleste. Les Landmarks reconnus doivent être liés à une réalité subjective, et lui correspondre.

Ces Landmarks associés à la Franc-Maçonnerie se sont perpétués à travers les âges, « depuis des temps immémoriaux ». Si l’une des définitions des termes « Anciens Landmarks » est compatible avec l’idée d’une précipitation de modèles archétypiques célestes, elle appuie alors la déclaration stipulant que la Franc-Maçonnerie (insistant sur la notion de construction du Temple du Seigneur) est une réflexion ou une précipitation sur Terre de l’activité similaire et  éternelle d’une Loge intérieure et spirituelle de Maîtres Maçons, travaillant sous la direction du Grand Maître du Monde, et par extension du Grand Maître de l’Univers. L’existence même de la Franc-Maçonnerie est le résultat d’une telle activité intérieure.

Les Anciens Landmarks peuvent par conséquent être vus comme prenant leur source dans la reconnaissance, par l’humanité des temps archaïques, de ces impressions, précipitations et symboles divins, garants pour elle de ce qui demeure toujours à l’arrière-plan ou en amont de tout phénomène manifesté. Les Landmarks parlent à notre humanité de ce monde de modèles, ou de formes archétypiques, et des pouvoirs qui en sont issus, un monde qui est pour beaucoup la seule explication à celui que nous pouvons voir.

La Franc-Maçonnerie Opérative

L’expression des Anciens Landmarks dans leur forme primitive se fit au moyen des grandes constructions architecturales dispersées un peu partout sur terre, dont quelques-unes ont persisté jusqu’à nos jours ; par exemple en Amérique du Sud, en Égypte, ou à Stonehenge en Angleterre. Ce sont les vestiges des anciens Temples d’Initiation. Les bâtisseurs érigèrent des Temples gigantesques, représentants fidèles des formes symboliques dans lesquels ils voyaient un reflet des rites et cérémonies pratiqués par les prêtres-initiés d’antan.  Les centres magnétiques sacrés étaient marqués par l’érection de tels Temples, lesquels étaient ainsi mis en relation par une grille magnétique de lumière à la surface du globe de ces époques lointaines. Ils tenaient lieu de symboles planétaires fixes et inaltérables de l’objectif et de la volonté divins.

C’est dans ces anciens temples et structures que réside, symboliquement parlant, l’origine de la Franc-Maçonnerie opérative, mais qui doit être elle-même considérée comme un symbole externe de cette Franc-Maçonnerie spéculative intérieure dont l’objectif est (comme pour la Loge d’en Haut) d’illuminer, d’éduquer et d’élever la conscience de l’humanité vers la lumière de l’Âme.

Notre point de vue dans AUM est par conséquent l’inverse de celui de Maçonnerie conventionnelle et exotérique, qui voit la Maçonnerie spéculative comme s’étant développée à partir de l’Art opératif. Nous considérons que cet Art opératif est un résultat externe, l’expression ou l’effet  de la science spéculative interne, ou encore la forme apparente de certaines vérités intérieures en cours de précipitation, relatives aux plans et modèles archétypiques universels et cosmiques. Ainsi, selon nous, l’art opératif n’est que symbole extérieur d’une réalité spirituelle intérieure ; la science spéculative ayant par conséquent précédé celui-ci.

La Franc-Maçonnerie Spéculative

L’une des définitions conventionnelles de la « Franc-Maçonnerie spéculative » est que celle-ci « n’est que l’application de la Franc-Maçonnerie opérative à des fins morales et intellectuelles ». Cette définition peut-être utile jusqu’à un certain point, lorsqu’elle est appliquée à des symboles tels que ceux issus de la méthode philosophique inductive Aristotélicienne, qui fait remonter intérieurement les choses du particulier vers l’universel. Mais selon nous la séquence est inverse et implique plutôt le point de vue occulte du raisonnement déductif de Pythagore et de Platon, ainsi que la compréhension plus ésotérique liée à l’Ancienne Sagesse ; cette dernière voulant que toute chose procède de l’être intérieur vers les apparences extérieures, du dedans vers le dehors, de l’universel vers le particulier et les apparences phénoménales, comprises en tant que précipitations créatrices d’impulsions intérieures.

Le travail de la Grande Loge d’en Haut concerne la révélation de l’esprit au travers du monde extérieur des formes. Le travail du Franc-Maçon individuel, dans le Temple de son propre cœur, correspond au même thème ou plan. Le travail qu’il est prévu que chaque Loge manifeste a fondamentalement le même objectif—la révélation de la qualité divine en formation de groupe.

On peut comprendre et réaliser sous cet éclairage que l’art opératif est issu de la science spéculative, qu’il en est une précipitation dans la forme, et que cette science spéculative intérieure a pour tâche d’illuminer, d’éduquer et d’élever la conscience de l’humanité. Le véritable constructeur dans cette entreprise, auquel l’ensemble du symbolisme de la Franc-Maçonerie fait allusion, est l’âme interne, le constructeur de l’homme intérieur (le Pitri Solaire en termes Sanskrit), dont l’objectif est d’élever les états de la matière afin de les calquer sur les états de conscience. Le premier outil de cette Entité est le facteur mental dans sa triple division, au moyen duquel elle forme, moule—de l’intérieur vers l’extérieur—et construit, tout en suivant le modèle ou dessin subjectif couché sur la planche à tracer de la conscience spirituelle. La Maçonnerie Spéculative dirige par conséquent plus notre attention vers la construction du Temple intérieur de l’Âme, le Temple de Lumière, que vers celle d’un Temple extérieur. Elle illustre ainsi le processus, les objectifs et buts spirituels à atteindre au moyen du symbolisme de l’art de construire, ainsi qu’ils sont exprimés dans les rites, cérémonies et représentations de la Franc-Maçonnerie. La Franc-Maçonnerie Spéculative, par ce qu’elle signifie véritablement, est par conséquent une coopération avec la Grande Loge d’en Haut dans son travail  visant à révéler l’esprit au moyen de la forme extérieure. Et si nous pouvons comprendre cela, alors nous pouvons également comprendre la véritable signification de la Franc-maçonnerie Opérative.

Les Constructeurs Créateurs

Sur un plan plus profondément ésotérique, la compréhension du véritable travail de construction et du thème des constructeurs—dont la Franc-Maçonnerie n’est qu’un symbole—implique la considération et l’étude des Hiérarchies Créatrices. Elles sont les Constructeurs actifs qui travaillent en permanence dans le Grand Atelier du Seigneur ; et parce que tout ce qui existe est essentiellement composé de Leur être, parce que toutes les parties de nous-mêmes sont non seulement composées d’elles et par elles, et que notre Soi spirituel essentiel fait intrinsèquement partie d’Elles, on comprendra que l’émergence ou le développement de ce qu’on pourrait appeler la Franc-Maçonnerie « occulte » ou « ésotérique »—c’est-à-dire travaillant consciemment avec et au sein de ces Forces vivantes—reste pour l’instant hors de notre portée. C’est un sujet profond, qui dépasse l’objectif de ces lignes.

Mais parce que ce type de Maçonnerie ésotérique ou occulte(*) appartient encore à l’avenir, et afin de répondre pour l’instant à la question  relative à « l’émergence de la Franc-Maçonnerie spirituelle à partir de la Maçonnerie spéculative », nous présentons un point de vue alternatif. Ce dernier ne suit pas tant la triple séquence d’émergence indiquée dans la question, que la nécessité d’aboutir à l’union de l’intérieur et de l’extérieur, du subjectif et de l’objectif, de l’opératif et du spéculatif, afin de véritablement comprendre la nature de la prochaine tendance et nécessité évolutive de la Franc-Maçonnerie. Ainsi, au moyen de cette union et de cette fusion, la Loge intérieure et spirituelle pourra se manifester sur la terre, et les Loges terrestres pourront être élevées dans les cieux.

Aussi, dans AUM, la phrase « Que ce qui est en bas soit comme ce qui est en haut » est-elle notre « devise » et notre note clé.

Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. Ce qui a été sera de nouveau. Et la terre sera à l’image des cieux…